Foodservice à domicile, un marché au taux de croissance de 500%

90 milliards d’euros, c’est ce que devrait atteindre le marché mondial de la livraison de repas d’ici 2019, selon une étude de RocketInternet. C’est surtout la restauration rapide qui a tiré le marché à la hausse avec l’arrivée de nouveaux usages dont le foodservice à domicile qui ne cesse de progresser. Focus chiffré sur un marché aux opportunités voracement intéressantes.

 

Le foodservice à domicile, un marché juteux et prometteur


Fin janvier 2017, après moins d’un an d’existence à Paris, UberEats annonçait le lancement de son service à Bordeaux. Une illustration de plus du dynamisme des acteurs de la livraison de repas à domicile que nous évoquions déjà dans notre précédent article.

 

Les chiffres du cabinet NDP Group en attestent, le secteur de la restauration a renoué avec la croissance en 2016. « Notre marché connaît un taux de croissance de 500 % et est estimé d'ici à trois ans à 1 milliard d'euros rien qu'en France», détaille Boris Mittermüller, PDG de Foodora.

Les modèles diffèrent et bien malin celui qui est capable de dire aujourd’hui lequel sera le plus vertueux. Il y a les places de marché comme Allo Resto ou Pages Jaunes Resto, les acteurs qui prennent en charge également le transport et la livraison, UberEats, Deliveroo, Foodora par exemple, et ceux qui fabriquent dans leurs ateliers comme Fricthi Foodchéri ou PopChef.

Pas facile de trouver des indicateurs tant la concurrence est féroce et les modèles rentables à date se font rares. Les acteurs préfèrent donc rester discrets. Cependant voici quelques data pour enrichir le débat :

 

Les chiffres des levées de fonds : l’attractivité du foodservice à domicile côté marché et investisseurs 

 

250 millions d’euros en août 2016 pour la société d’origine anglaise Deliveroo, et présente en France depuis septembre 2015 et au total dans 130 villes à travers le monde.

 

329 millions d’euros en octobre 2016 pour le néerlandais Takeaway  que nous allons sans doute prochainement voir apparaître en France.

 

1 milliard d’euros, le montant levé par Delivery Hero depuis sa création en 2011 à Berlin. Delivery Hero est devenu le n°1 de la livraison de repas à domicile dans le monde, et son introduction en Bourse est prévue en 2017. Foodora, créé en 2014 appartient aujourd’hui à ce groupe.  A noter, DH réalise 300 millions d’euros de CA et a un compte d’exploitation positif ; contrairement à beaucoup d’acteurs du secteur.

 

12 millions d’euros au printemps 2016 pour Frichti, la pépite française dont le modèle diffère de ceux précités. Frichti développe ses propres menus et produits dans des ateliers, lui permettant de tout maitriser.

 

6 millions pour la société française Foodchéri créée en 2015 et dont le modèle, est proche de celui de Frichti.

 

2 millions à l’automne 2016 pour Popchef. Dans la même logique que ses 2 ainées françaises, Popchef s’intéresse essentiellement au repas du déjeuner sur le lieu de travail.

 

2,5 millions pour Lunchr qui propose de commander son déjeuner au restaurant et n’avoir plus qu’à s’installer à table ou à venir récupérer son menu.

 

500 000 euros pour Digifood en novembre 2016, pour vous apporter votre snack directement à votre place dans un stade.

 

300 000 euros pour les Nouveaux fromagers en novembre 2016. Et oui le food service à domicile se spécialise : alcool et spiritueux (Kol), pain (le pelerin pain pain), ou épicerie fine (Epicery), les concepts fleurissent.

 

 

Les chiffres de la croissance : le succès du foodservice à domicile auprès des clients

 

20% de croissance par semaine pour Foodora et Deliveroo

15% de croissance par semaine pour Popchef

A noté sur le segment petit-déjeuner, Deliveroo observe 15% de progression des commandes le week-end en 2017 par rapport à 2016.

 

 

Et encore quelques chiffres :

1000 repas par jour, c’est ce qu’affirme livrer la société NESTOR ou encore Foodchéri sur Paris et sa région.

30 min c’est la durée moyenne entre la commande et la livraison que promettent la quasi totalité des acteurs du foodservice à domicile

 

20 à 30 % la norme de ce que prélève aux restaurateurs des acteurs comme Deliveroo ou Foodora sur le montant des commandes. Takeaway avance n’en prendre que 10.

 

 

Alors quel avenir pour la restauration traditionnelle dans ce contexte ? Les restaurateurs qui ont rejoint ses plateformes pourraient bénéficier d’un accroissement de 30% de leur CA selon Foodora France. Attractif ! Cependant quelle place vont prendre les acteurs de la restauration virtuelle comme Frichti et plus encore ceux des solutions pour cuisiner chez soi à partir de kits sur mesure : Quitoque, les Commis ou Illico Fresco.  Peut-on encore parler de restauration hors domicile ou faut-il imaginer une autre segmentation ? (lien vers le livre blanc sur le do it yourself)

Les nouveaux usages et la ville connectée préfigurent une sérieuse transformation de l’offre et de la demande dans ce marché de la restauration. La qualité, la praticité, la convivialité et la découverte demeurent des leviers essentiels pour les clients. Le reste est en train de s’écrire sous nos yeux.

 

Télécharger notre guide sur la veille innovation en restauration

Redigé par La Horde L'INNOVORE

L'INNOVORE innove et vous fout la paix

Publié le 13 juillet 2017

L’INNOVORE innove dans la rupture et vous fout la paix. Pas notre genre ça, nous direz-vous, vous « foutre la paix »....

Lire la suite

Le coproduit, un déchet au coeur d'or

Publié le 11 juillet 2017

Les coproduits ont longtemps été vus comme des résidus de peu de valeur. Toutefois, de nouvelles techniques de...

Lire la suite

Si Michelin avait ouvert la voie il y a bien longtemps, en devenant un expert des bonnes adresses pour mieux vendre ses...

Lire la suite

Les MOOCs, pour massive online open courses, ou Webinar, ou cours en ligne ouverts et massifs, participent à l’évolution...

Lire la suite