La personnalisation par l'étude de notre organisme

Des groupes de recherche de grands groupes agroalimentaires (Nestlé, Danone, Lesaffre etc.) s’intéressent de plus près au microbiome. En effet, notre corps humain est composé de plus 100 milliards de bactéries et micro-organismes. L’étude des interactions entre l’organisme humain et la nourriture ou plus précisément les effets de l’alimentation sur l’activité des gènes (nutrigénétique et nutrigénomique) permettent d’envisager à moyen et long-terme la possibilité de proposer une alimentation adaptée aux besoins spécifiques des personnes pour prévenir de certaines maladies chroniques ou encore pour améliorer l’état de santé.

 

Qu'est-ce qu'un microbiome ?

 

Les microbiomes sont des colonies qui permettent à notre système immunitaire de reconnaître les antigènes étrangers. Ces colonies protègent également notre corps des microbes pathogènes. En d’autres termes, ils permettent lorsqu’ils sont intégrés à des produits alimentaires de bénéficier d’une thérapie nutritionnelle.

Les nouvelles méthodes d’analyses génétiques issues des projets de recherche sur le génome humain rendent désormais possible la compréhension des microbiomes.

Nous allons vous présenter quelques initiatives de grands groupes agroalimentaires.

 

La thérapie nutritionnelle

 

Le géant agroalimentaire Suisse Nestlé via sa branche Health Science a investi 55 millions d’euros dans la startup Seres Health afin de renforcer ses activités liées à la thérapie nutritionnelle. C’est le plus gros montant investit par la branche. Les objectifs de Nestlé sont de remplacer les médicaments traditionnels par des micro-organismes naturels, pour notamment traiter des infections et inflammations. La startup américaine Seres Health est quant à elle une clinique biopharmaceutique dédiée exclusivement à la R&D. Elle étudie toutes les questions liées aux microbiomes sur le corps humain afin de proposer des thérapies alternatives.

 

Décryptage du génome de l'intestin

 

Danone, concurrent français de Nestlé mène des recherches sur les microbiomes afin de faire avancer la recherche sur l’obésité. Les microbiomes pourraient constituer un remède sur cette maladie grandement propagée dans le monde (2,8 millions de personnes tuées chaque année).

 

Le groupe travaille en étroite collaboration avec des chercheurs de l’INRA et l’AGA (American Gastroenterological Association) et a cofinancé le décryptage du génome de l’intestin (50x plus riche que le génome humain). Les microbiomes représentent un des plus gros piliers de la R&D du groupe et dispose désormais de souches constituées de 400 bactéries susceptibles d’être utilisées pour nos aliments du futur ! Les différentes recherches ont permis de fabriquer un lait infantile enrichi de bonnes bactéries qui est distribué en Nouvelle-Zélande, Australie et Thaïlande.

 

Test du code génétique pour professionnels et particuliers

 

D’autres entreprises vont encore plus loin en proposant directement à la vente des tests nutrigénomiques et génétiques à destination des professionnels et particuliers. Cette pratique est interdite en France depuis 2007 et peut l’être également aux Etats-Unis si elle ne remplit pas certaines conditions. Le coût de ces tests reste également très élevé pour le moment car la pratique n’est pas répandue et les technologies sont émergentes.

Par exemple l’entreprise de biotechnologie Nutrigenomix située au Canada propose des tests à destination des diététiciens pour leurs patients. L’entreprise est capable de restituer le profil génomique complet du patient afin que le diététicien lui pousse les aliments qui vont lui permettre d’améliorer sa santé.

 

Pour chaque commande, le patient reçoit sa trousse de test, son génotypage et son rapport personnalisé. L’entreprise propose également ses services en Australie depuis peu.

 

Aux Etats-Unis, la société américaine 23andMe propose des analyses du code génétique directement aux particuliers. Pour cela ils réalisent un test salivaire qui n’a pas besoin d’être prescrit par un médecin. Le but de cette analyse étant de d’analyser si la personne est porteuse de gènes pouvant accroître le risque de maladies dans sa descendance. Cette pratique a néanmoins été interdite aux Etats-Unis par la Food and Drug administration mais reste légale au Canada où l’entreprise continue d’exploiter ses tests.

 

Ces pratiques bien qu’innovantes suscitent le mécontentement de plusieurs associations et organismes de recherche qui déclarent que les résultats sont surestimés et falsifiés car les technologies sont trop émergentes et le nombre de patients trop faible pour bénéficier d’un volume de retours d’expérience suffisant.

 

De plus, ces pratiques soulèvent des problématiques éthiques et médicales quant à la protection des données des patients et leurs contrôles médicaux puisqu’ils sortent du schéma classique du traitement d’un patient. Ces organismes recommandent donc de privilégier les organisations publiques pour effectuer ce type de démarche.

 

En marche pour une nourriture ultra-personnalisée

 

A l'ère de l'immédiateté, en analysant vos données biologiques, anthropométriques et génétiques, la start up Habit évalue le fonctionnement de votre corps et personnalise vos menus en fonction de vos besoins nutritionnels fondamentaux, avant de les livrer chez vous !

 

Analyse issue du Rapport de la Future FoodTech, réalisé par L'INNOVORE®

Extrait du Rapport Future FoodTech2017

Redigé par La Horde L'INNOVORE

L'INNOVORE innove et vous fout la paix

Publié le 13 juillet 2017

L’INNOVORE innove dans la rupture et vous fout la paix. Pas notre genre ça, nous direz-vous, vous « foutre la paix »....

Lire la suite

Le coproduit, un déchet au coeur d'or

Publié le 11 juillet 2017

Les coproduits ont longtemps été vus comme des résidus de peu de valeur. Toutefois, de nouvelles techniques de...

Lire la suite

Si Michelin avait ouvert la voie il y a bien longtemps, en devenant un expert des bonnes adresses pour mieux vendre ses...

Lire la suite

Les MOOCs, pour massive online open courses, ou Webinar, ou cours en ligne ouverts et massifs, participent à l’évolution...

Lire la suite