Le bol, nouvelle assiette ou idéal alimentaire autorisé ?

 

Tout début 2016, le bol est devenu la nouvelle assiette. Il a fleuri sur internet et dans les magazines, et puis de plus en plus dans les restaurants, enseignes et nouveaux concepts de restauration rapide, souvent healthy ou végétarien.

 

Porté aux nues sur Instagram du fait de ses qualités photogéniques incontestables, on n’a pas attendu le réseau social du moment pour l’apprécier. Bibimbap coréen, Ramen ou Chirashi Japonais, chocolat au lait ou porridge, il nous séduit depuis longtemps déjà et nous rassasie avec gourmandise. Ce que contient un bol est a priori réconfortant et nourrissant. Sa consommation reste pratique, rapide, presque instantanée. Des qualités qui semblent à même de combler nos besoins de nourriture régressive effective dans un monde en accélération constante.

 

 

Le bol, la nouvelle assiette du petit-déjeuner au diner

 

Cette tendance nous a permis de découvrir en 2016 les acaïbowls, préparation hyper healthy à partir d’une baie magique l’acaï, super aliment par excellence. Et les smoothiebowls, une façon de manger son smoothie à la cuillère en l’agrémentant de fruits frais et d’oléagineux, pour le petit déjeuner.

 

Elle a vu se décliner à l’infini le buddhabowl pour le déjeuner, élaboré à partir de légumes, céréales, protéines végétales et toujours nos super aliments. Puis le Pokè, plus récent et moins végétarien. Le Pokè est un plat d’inspiration hawaïenne qui met à l’honneur le poisson, cru, coupé en petits morceau (les pokè) et servis sur un lit de riz et légumes. Vous connaissiez le Chirachi ?  Il est devenu soudain un peu fade face au Pokè dont tout l’art de l’innovation réside dans la façon de découper et de mariner son poisson. Shushi Shop l’a bien compris en décidant de l’intégrer à sa carte dès 2016. En le japonisant un peu tout de même.

Et pour le dessert ? Vous adorez déjà forcément les bowl cakes. Supplantant rapidement les mug cakes, les bowl cakes c’est l’art et la manière de mixer lait, céréales et levure chimique avant d’enfourner au micro-ondes. Résultat, un dessert express à agrémenter de fruits, crèmes ou chocolat. Côté rapide et ludique : 20/20. Côté expérience culinaire, on repassera peut-être plus tard.

 

Les chefs s’y sont mis aussi en recherchant pour certains l’originalité, pour d’autres le retour à une tradition remise au goût du jour. 

Premier axe endossé par Jean Imbert dès 2015 qui avec Les Bols de Jean propose une cuisine française twistée et servie à emporter dans des pains en forme de bol signé Eric Kayser.

Le second peut être illustré par Shinichi Sato et sa nouvelle adresse Oïshinoya entièrement dédiée au gyudon, un classique de la cuisine de rue japonaise (Les Gyoza bars c’est lui aussi).

 

 

Beau -  Ouvert - Libéré : le Bol est la nouvelle star

 

Selon le magazine Elle, le succès retentissant des bols signe l’attitude « je prends soin de ma santé/ligne/équilibre mais je suis gourmande » grâce à des portions visuellement généreuses.

Une étude du groupe de consulting culinaire New-Yorkais Baum + Whiteman montre que les « bols repas » seront encore plus présents dans notre alimentation en 2017, ce que confirme Atabula. Le buddha bowl supplante le sandwich pour une pause déjeuner rapide ou studieuse. Il a l’avantage en outre d’être plus équilibré, plus rassasiant et a priori plus sain.

 

Pour L’INNOVORE, il y au moins 4 bonnes raisons de croire que le bol a de beaux jours devant lui

 

-Il est multi-culturel : il sait proposer des recettes dans l’exotisme ou la tradition

-Il est orienté santé mais pas morosité : parce que les ingrédients qu’il mélange traduisent l’équilibre, la santé, et la générosité

-Il permet de suivre le régime alimentaire de son choix : végétarien, flexitarien, sans gluten ou omnivorien.

-Il est totalement digital users friendly : et ça compte aussi d’être le préféré des foodistas et des pornfood addicts, autant que des workaddicts lassés du sandwich derrière un écran d’ordinateur.

 

Le Bol c’est en quelque sorte s’offrir le sourire et le ventre de bouddha en rêvant du corps d’un Yogi, un téléphone portable à la main, flexitarien ou végétarien mais gourmand, curieux d’expériences culinaires mais sans prise de tête.

Bref ne serait-ce pas là un portrait-robot de la génération millenials ?

 

Crédit photo : Fiftyeight products

Télécharger notre guide sur la veille innovation en restauration

Redigé par La Horde L'INNOVORE

L'INNOVORE innove et vous fout la paix

Publié le 13 juillet 2017

L’INNOVORE innove dans la rupture et vous fout la paix. Pas notre genre ça, nous direz-vous, vous « foutre la paix »....

Lire la suite

Le coproduit, un déchet au coeur d'or

Publié le 11 juillet 2017

Les coproduits ont longtemps été vus comme des résidus de peu de valeur. Toutefois, de nouvelles techniques de...

Lire la suite

Si Michelin avait ouvert la voie il y a bien longtemps, en devenant un expert des bonnes adresses pour mieux vendre ses...

Lire la suite

Les MOOCs, pour massive online open courses, ou Webinar, ou cours en ligne ouverts et massifs, participent à l’évolution...

Lire la suite