Nourrir les Hommes, un acte de justice sociale et politique

Si manger est un acte politique et sacré comme le rappelle Michel Serres, nourrir les Hommes l’est tout autant. Dans les crises et vicissitudes que traverse notre mode actuel, face aux enjeux d’intégration, d’acceptation des différences, de reconnaissance de l’autre comme un être humain, la cuisine est peut-être le liant à même de faire progresser la société. Démonstration par l’exemple et quelques initiatives non isolées.

 

Mettre à l’honneur les talents des réfugiés

 

Citons le Refugee Food Festival dont la deuxième édition s’est tenue fin décembre 2016 à Strasbourg, à l’initiative de Marine Mandrila et Louis Martin. Le principe, 5 restaurants, 5 chefs accueillent 5 cuisiniers dont le statut de réfugié aurait presque fait oublier le talent et le savoir-faire. La prochaine édition nationale se déroulera en juin 2017.

 

Engage with refugees est un projet qui a vu le jour grâce à une campagne de crowdfunding spectaculaire. De 5000 euros demandés pour éditer un livre mettant à l’honneur la cuisine de 5 pays au travers du savoir-faire de 7 réfugiés cuisiniers, les initiateurs en ont récolté près de 20 000. Engage With Refugees a un double objectif : valoriser les talents et compétences des réfugiés pour favoriser leur insertion sociale, et contribuer à faire changer le regard de la population française à leur égard. Après le livre, d’autres opérations sont mises en place.

 

Les cuistots Migrateurs est un autre modèle vertueux d’insertion par la cuisine qui a réussi le pari de créer de l’emploi durable pour des cuisiniers originaires de pays aux situations politiques critiques. Ces réfugiés sont avant tout des professionnels aux savoir-faire rares et qui ne demandent qu’à être valorisés. Les Cuistots Migrateurs proposent ainsi à leurs clients des prestations de traiteurs et de restauration à domicile inspirées de cuisines du monde entier.

 

 

Récolter des fonds grâce à la cuisine

 

Massimo Bottura, pour ne citer que lui, a largement contribué à une prise de conscience de la puissance de la gastronomie pour récolter des fonds et mobiliser les foules. Lors du tremblement de terre qui a dévasté une partie de l’Emilie Romagne en 2012, la fabrique mythique de Modène a vu une grande partie de sa production impropre à la vente. Le chef a alors lancé un mouvement inédit incitant les restaurateurs du monde entier à cuisinier le parmesan et notamment un risotto imaginé pour l’occasion.

 

En France, l’association Hello Ernest œuvre depuis plusieurs années en mobilisant les acteurs de la bistronomie parisienne et hexagonale. Par la consommation d’un repas, on finance celui d’un autre, voilà le credo de l’association. Le petit twist qui va bien c’est que ces repas sont signés de chefs. Ainsi, au travers d’événements festifs, Super Brunch et autres olympiades du goût, Ernest fait sortir les chefs de leurs cuisines pour régaler les amateurs et récolter des fonds.

 

 

Cuisiner solidaire et responsable

 

De plus en plus d’acteurs de la restauration s’engagent aussi dans la valorisation des aliments déclassés et des excédents alimentaires pour lutter contre le gaspillage et offrir des repas aux plus démunis. Ainsi, le programme Restaurer, initié par Céline Pham et Valentine Davasse (Le Réfectoire) avec le soutien d’Hello Ernest, organise la préparation et la distribution de repas pour les sans-abris à partir de dons de fournisseurs.

 

Autre très bel exemple, le Freegan Pony est un restaurant cantine ouvert tous les soirs à Paris. On y découvre une cuisine réalisée à partir des invendus de Rungis, végétarienne et préparée par des cuisiniers et des bénévoles. Le lieu sert 70 à 80 repas chaque soir et après une longue bataille avec la mairie, va pouvoir sortir de son statut de squatteur.

 

L’urgence est réelle de retisser du lien à tous les niveaux de notre société et parce que l’alimentation est à la base de tout, les acteurs de la restauration ont évidemment un rôle à jouer. Ils sont de plus en plus nombreux à le comprendre et à l’accepter. Dans un mouvement vertueux, ce rôle social et politique embarque aussi une logique écologique et durable. Moins de gaspillage, davantage de redistribution, une dynamique de transmission et d’insertion par le faire. Et si la cuisine inspirait la politique ?   

 

 Crédit photo : ERIC FEFERBERG / AFP 

Télécharger notre guide sur la veille innovation en restauration

Redigé par La Horde L'INNOVORE

L'INNOVORE innove et vous fout la paix

Publié le 13 juillet 2017

L’INNOVORE innove dans la rupture et vous fout la paix. Pas notre genre ça, nous direz-vous, vous « foutre la paix »....

Lire la suite

Le coproduit, un déchet au coeur d'or

Publié le 11 juillet 2017

Les coproduits ont longtemps été vus comme des résidus de peu de valeur. Toutefois, de nouvelles techniques de...

Lire la suite

Si Michelin avait ouvert la voie il y a bien longtemps, en devenant un expert des bonnes adresses pour mieux vendre ses...

Lire la suite

Les MOOCs, pour massive online open courses, ou Webinar, ou cours en ligne ouverts et massifs, participent à l’évolution...

Lire la suite