C'est la mi-temps : on se prend une bière ? (Top 6 des Innos)

D’un breuvage amer de fortune réservé aux footeux dans les soirées (sur)chargées en testostérone, la bonne veille bière a changé de rayon pour tirer solidement les PGC dans un marché multimilliardaire. Son secret est aussi confondant de simplicité que sa composition : la non-aversion au risque de la créativité. « 47% du chiffre d’affaires des innovations du marché sont du fait des bières », résume Pascal Sabrié, PDG de Heineken France. Ainsi, L’INNOVORE rend hommage à l’audace de la bière, blonde ou brune, blanche ou ambrée.

Coup d’envoi de ce top brassicole !

 

#1 La bière pluviale dans l’autre pays du fromage

 

La pluie est la meilleure amie des avants-centres… mais aussi des ingénieurs néerlandais de chez Hemelswater ! On est ici dans l’archétype de l’innovation par la matière première. Sans réinventer l’eau chaude, le projet mené à terme de concours avec les étudiants de l’Université des Sciences Appliquées d’Amsterdam a joué son rôle de sensibilisation dans un pays (bas) où la maîtrise des eaux est une question de survie. On a donc placé des fûts dans toute la ville pour recueillir l’eau de pluie qui passera ensuite par un processus de filtrage bactérien et d’ébullition. Résultat : une bière, « Code Blond » de son nom, amère, fruitée mais surtout responsable.

 

#2 Desperados : l’alsacienne qui se la joue hip hop

 

Quand la bière se la joue street art, les yeux se joignent à la fiesta des papilles organisée annuellement par Desperados. La marque alsacienne qui fait aujourd’hui le bonheur du groupe Heineken a trouvé son facteur de différenciation l’année où la Tour Eiffel s’est illuminée pour célébrer le 3-0 des Bleus face au Brésil. Au goût caractéristique s’est alors ajoutée une belle touche design, matérialisée par un partenariat désormais vingtenaire avec 9e Concept, un collectif d’art urbain. Pour la mouture 2018 de son édition limitée, Desperados a donné carte blanche à Théo Lopez qui le lui a bien rendu. L’expérience utilisateur est portée vers d’autres cieux avant même d’avoir décapsulé : je scanne l’étiquette de la bouteille avec mon smartphone, le décor s’anime, doucement puis frénétiquement, et j’explore l’atelier à 360° pour voir l’œuvre se déployer dans la pièce.

 

#3 Ripples : la précision d’un pixel

 

« On vous aide à offrir des sourires quotidiens à vos clients ». C’est le genre de promesses bien pompeuses que les concepteurs créateurs griffonnent en urgence sur un bout de papier avant la réunion de bouclage. Mais chez Ripples, on est du genre à tenir parole. Le Ripple Maker est une imprimante à liquide qui esquisse une image, un dessin ou un message éphémère  (et à haute résolution) sur une boisson mousseuse. Oubliez les petits cœurs hexagonaux et autres formes difformes. On est ici dans la précision du pixel. Mais au-delà de l’effet « Waouh », c’est le potentiel de fidélisation qui donne tout son intérêt à Ripples. Servez une bière à un habitué avec le fanion de son équipe de cœur... c’est du marketing de (très) haut vol.

 

#4 Freschbeer : la bière « Youniverse »

 

Freschbeer brasse votre recette dans sa micro-brasserie, avec une équipe de pros qui veille au grain sur vos fûts pendant 7 jours. Pour le coup, tout ce qui sort de chez Freschbeer est collector. Les zythologues en herbe et les restaurateurs peuvent choisir un style de bière et y incorporer des ingrédients inédits. Ils choisissent la quantité d’eau, de houblon et de levure et suivent, pendant 7 jours, les réactions en cascade qui aboutissent à leur bière personnalisée. La bière est alors stockée à l’abri de l’oxygène et de la lumière en attendant la livraison. Vous pouvez même commander le BrewKeg, l’appareil par quoi la magie opère. Une démonstration ?

 

#5 La bière (vraiment) sans alcool

 

Il aura fallu attendre l’invétéré de la bière alcoolisée pour voir naître la vraie sans alcool. On ne va pas tourner autour du pot : c’est une bière sans, mais vraiment sans alcool, signée Heineken. « To beer or not to beer, ce n’est plus la question », ose le fabricant néerlandais. La 0.0 est la première blonde avec 0,0% d’alcool que l’on décapsule aussi bien au petit-déj qu’à la pause-déj.

 

#6 Résurrection : la double-vie du malt

 

C’est le côté un peu moins glamour de la bière : pour en faire 1 000 litres, on jette 300 kg de résidus de malt (drêches). Et pour éviter à cette céréale riche en fibres, en vitamine B, en sélénium, en phosphore, en fer, en zinc, en cuivre et en magnésium cette fin de vie tragique, Résurrection lui réserve un sort croustillant pour les faims heureuses. La céréale mène alors une double-vie : celle où elle donne vie à une bière rafraîchissante, puis celle où elle se transforme en de délicieux petits crackers que vous proposerez à vos clients dans un élan écolo qui donnera du cachet à votre table. 

 

#7 Hilma ou l’histoire du burger brassé avec ses frites

 

Henok Fentie, brasseur itinérant aux idées farfelues, ne vous propose pas une bière avec votre burger. Trop mainstream. Lui, c’est carrément une bière de burger car après tout, on met bien des frites dans son tacos. Hilma, c’est l’histoire d’un burger brassé avec ses frites et de la vanille. Une trouvaille incongrue qui étonne par un goût intéressant. Amertume prononcée, taux d’alcool raisonnable (autour de 6,5%) et corps aérien avec un arrière-goût vanillé qui fait la différence. Pour concocter ce brassin, on a été chercher les gourmandises de chez Flippin’ Burgers, le fast-food à la sauce suédoise.

Téléchargez le guide des modèles émergeants de la restauration

Redigé par La Horde L'INNOVORE

La horde et le RGPD

Publié le 10 juillet 2018

L’INNOVORE innove et vous fout la paix. C’était vrai il y a un an, ça l’est encore plus aujourd’hui. Sauf qu’entre-temps,

Lire la suite

Pourquoi j’ai mangé Dolly

Publié le 5 juillet 2018

Les signes avant-coureurs. Dans un monde de traçabilité extrême nous les avons ignorés.

Des articles sont parus, des...

Lire la suite

Nous avons vu la cuisine du futur. Elle était installée juste-là, sur la mezzanine centrale, au milieu des spotlights,...

Lire la suite