Le resto basket n'est plus un fantasme

C’est aussi cela, l’ubérisation de la restauration. Consommer sans avoir à sortir le porte-monnaie. On vise ici une expérience sans friction, délestée des mouvements de bras intempestifs pour attirer l’attention du serveur, mais aussi et surtout de ce temps d’attente qui peut virer à la frustration. Dans un avenir manifestement proche, le mangeur hors domicile se donne le droit de déguerpir à loisir !

 

Jouer sur notre réaction épidermique face à l'attente

 

C’est une évolution du microenvironnement que l’on aurait pu intégrer dans la prospective de L’INNOVORE des nouvelles méthodes de paiement en restauration. L’avenir du paiement se dessine loin de la carte bancaire en plastique. Ce n’est pas une assertion dithyrambique d’un jeune startupper qui vient de trouver une idée. C’est Ajaypal Singh Bange, monsieur MasterCard himself, qui le dit. Alors que le paiement sans contact tarde à se démocratiser en Europe, les fournisseurs de moyens de paiement, qui ont déjà investi dans l’après-carte, multiplient les initiatives pour donner un coup de pouce au destin. Le dernier Mobile World Congress (28 février-1er mars 2018, Barcelone) a officialisé les convoitises de MasterCard sur le marché de la restauration hors-et-à domicile © dans une stratégie plus globale qui vise à accélérer la démocratisation du paiement dématérialisé au sens littéral : sans objet physique exclusivement dédié à cet effet. Et pour promouvoir sa technologie, MasterCard mise sur ces petits contretemps qui provoquent l’inconfort du convive : attirer l’attention du serveur, demander l’addition, préciser que l’on paie par carte, attendre le TPE, partager ou pas, etc. Agir sur l’attente qui provoque en nous une réaction épidermique, en somme. Et lorsque l’on sait que les Français passent de moins en moins de temps à table (tout en restant les champions du monde en la matière), on comprend le parti pris de MasterCard.

 

L'art de pousser la simplicité dans ses derniers retranchements

 

Eataly, chaîne piémontaise de magasins de produits alimentaires, s’est adjugée la primeur du service dans son restaurant Smeraldo à Milan (fiche TripAdvisor).

 

Le principe est confondant de simplicité et s’appuie, encore une fois, sur l’inévitable smartphone. Une application (Eataly Pay, pour iOS et Android) embarquant la technologie Masterpass, permet de commander et de payer pour laisser au client le temps de profiter de son expérience, débarrassé de cette appréhension subconsciente de l’après-repas. L’idée de simplicité, qui reste finalement la raison d’être de la technologie, est poussée à son paroxysme. Les informations d’identification sont entrées une seule fois, à l’installation. Dès la première utilisation en restaurant, tout se fait au clic. Pas besoin donc de dérouler le clavier du smartphone. Oui, le problème de la sécurité est bien là. Mais il est, pour l’heure, de la responsabilité des fabricants de smartphones (empreinte digitale, reconnaissance faciale…). Au-delà de l’amélioration de l’expérience client, cette innovation de procédé au sens schumpétérien est aussi profitable aux professionnels. L’application permet l’intégration complète des transactions d’achat dans les opérations de check-out et dans le système de reporting. Eataly rejoint donc le club (encore) très fermé des enseignes qui osent le paiement alternatif comme Roadhouse Grill, Rossopomodoro (en Italie), Pizza Hut et Wagamama (au Royaume-Uni).

 

Payer sans passer par la caisse… la suite logique de la dématérialisation. Aujourd’hui, cette technologie est un avantage concurrentiel de différenciation, mais elle se muera bientôt en préalable indispensable à la compétitivité !

Téléchargez le guide des modèles émergeants de la restauration

Redigé par La Horde L'INNOVORE

La horde et le RGPD

Publié le 10 juillet 2018

L’INNOVORE innove et vous fout la paix. C’était vrai il y a un an, ça l’est encore plus aujourd’hui. Sauf qu’entre-temps,

Lire la suite

Pourquoi j’ai mangé Dolly

Publié le 5 juillet 2018

Les signes avant-coureurs. Dans un monde de traçabilité extrême nous les avons ignorés.

Des articles sont parus, des...

Lire la suite

Nous avons vu la cuisine du futur. Elle était installée juste-là, sur la mezzanine centrale, au milieu des spotlights,...

Lire la suite

D’un breuvage amer de fortune réservé aux footeux dans les soirées (sur)chargées en testostérone, la bonne veille bière...

Lire la suite