La food comportementale : les tendances du 2e semestre | Partie 1

Pendant l’exercice 2018, la machine à innover a encore tourné à plein régime. La robotique appliquée à la food a cessé d’enfiler des perles, la digital détox a gagné la table, le Virgin Mojito se sent moins seul à la faveur de la hype du fêtard sobre, une abomination robotisée tout droit sortie de l’enfer est venue à la rescousse des fermiers nippons, l’animal s’approche de la personnalité juridique et j’ai envoyé mon ADN pour mieux manger. Après un premier semestre sur les chapeaux de roue, la food se prépare à une haute saison qui sera sans doute dopée par le Coupe du Monde. L’occasion de passer en revue les tendances food identifiées par JLL !

 

#1 Le bonheur est dans le près

 

C’est un (petit) contrepied à la grande distribution qu’ont enfanté les Trente Glorieuses. Qu’ont en commun Emilie Jeannin, éleveuse de charolaises à la Ferme de Lignières, perdue dans le bocage bourguignon, et La Petite Cagette, magasin parisien bio niché dans la très bobo rue Popincourt ? Ils vont droit au but. La première propose des colis de viande directement depuis sa petite ferme, la seconde récolte chez les petits producteurs du coin pour une vente directe en circuit court. Aux Etats-Unis, le verbatim capté par JLL abonde en ce sens : authenticité, fierté locale, éco-préservation, création d’emploi, traçabilité, bienveillance, éthique, équité. Les frontières intermédiaires entre le fournisseur et le consommateur vont continuer à se brouiller, et le restaurant cultivera vraisemblablement (un peu de) sa matière première en s’ouvrant à l’artisanat.

 

#2 La food comme le foot

 

Fallait passer en 5-4-1 pour garder le score… fallait du gingembre sur ce gratin pour une note de fraîcheur. Consultant foot et critique gastronomique, même combat. La vulgarisation du commentaire culinaire se nourrit de deux trends concomitants : l’omniprésence du vocabulaire de la food, relayé par Top Chef & co., et, plus globalement, l’entrée irréversible de l’avis dans le parcours d’achat. La critique culinaire « populaire », avec ses imperfections, sa candeur, parfois sa mauvaise foi, est commercialement plus utile que celle d’un professionnel. Car dans sa subjectivité contestable, elle braque les projecteurs sur une variable difficilement perceptible : le ressenti du convive.

 

 

 

#3 L'intangible exclusif, l'immatériel inédit

 

En publiant leur méta-étude, Leaf Van Boven et Thomas Gilovich ne s’attendaient sans doute pas à ce qu’elle bénéficie de ce phénomène incontrôlable mais convoité qu’est la viralité. Ce travail qui a brillamment lié le bonheur à l’expérience plutôt qu’à la possession a eu son petit impact sur la pop culture. Le mouvement « #Nowners », contraction de no et owner, a officialisé l’aversion des milléniaux pour la propriété au profit du souvenir. Au micro de Forbes, les jeunes américains ont été clairs : 80% de leurs revenus vont à l’intangible exclusif, à l’immatériel inédit. Côté food, on continue, tranquillement, à muer de la traditionnelle approche produit pour embrasser celle du vécu. Le restaurateur proactif veut en mettre plein les papilles mais aussi les mirettes. Le « dinetertainment » arrive, et la réalité virtuelle fait des contraintes spatiales de votre guinguette le cadet de vos soucis.

 

La suite au prochain épisode !

S'inscrire à la conférence "du Digital à la proximité en Foodservice"

Redigé par La Horde L'INNOVORE

Ce soir, c'est resto(ns) à la maison

Publié le 20 septembre 2018

Si le segment de la restauration s’est ubérisé ces dernières années, il s’est aussi virtualisé : plus d’adresse ni de...

Lire la suite

Le nudge atterrit dans nos assiettes

Publié le 13 septembre 2018

L’histoire se répète. Les Bleus sont champions du monde, comme il y a 20 ans. Du côté du foodservice, la machine à...

Lire la suite

L’INNOVORE renverse la table

Publié le 6 septembre 2018

«C’est une démarche généreuse, très novatrice. Un gain de temps, une façon de découvrir de nouveaux produits qui donne...

Lire la suite

La machine à innover a encore tourné à plein régime. On vous en parlait la semaine dernière, on complète notre triptyque...

Lire la suite